Of cold winter nights

Of cold winter nights

Siberian Husky

STANDARD

Standard F.C.I. N°270 / 24.01.2000 / F

HUSKY DE SIBERIE

(Siberian Husky)

TRADUCTION : Prof. R. Triquet et Dr. J.-M. Paschoud.

ORIGINE : U.S.A.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR :

02.02.1995.

UTILISATION : Chien de traîneau.

CLASSIFICATION F.C.I.: Groupe 5 Chiens de type Spitz et de type

primitif.

Section 1 Chiens nordiques de traîneau.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL : Le Husky de Sibérie est un chien de travail de

taille moyenne à la démarche légère et vive. Il est dégagé et élégant

dans ses allures. Son corps modérément compact couvert d’une

bonne fourrure, ses oreilles droites et sa queue en brosse bien fournie

évoquent son hérédité nordique. Son allure caractéristique est unie et

apparemment facile. Il remplit avec la plus grande compétence sa

fonction d’origine de chien de trait en tirant une charge légère à une

vitesse modérée sur de grandes distances. Les proportions et la forme

de son corps dénotent cet équilibre fondamental de puissance, de

rapidité et d’endurance. Les mâles de la race sont masculins, mais

jamais grossiers dans leurs formes ; les femelles sont féminines, mais

sans faiblesse dans leur structure. Le Husky de Sibérie, en bonne

condition, doté d’une musculature ferme et bien développée, n’a pas

de poids superflu.

PROPORTIONS IMPORTANTES : Vu de profil, le corps, de la pointe

de l’épaule à la pointe de la fesse, a une longueur légèrement

supérieure à la hauteur au garrot.

La distance de la truffe au stop est égale à la distance du stop à

l’occiput.

COMPORTEMENT / CARACTERE : Le Husky de Sibérie se

caractérise par sa gentillesse et par la douceur de son tempérament ; il

est également éveillé et sociable. Il ne dispose pas du naturel

possessif d’un chien de garde, ne témoigne pas d’une méfiance

extrême envers les étrangers et n’est pas agressif envers les autres

chiens. Chez l’adulte, on peut trouver, dans une certaine mesure, de la

réserve et de la dignité. Son intelligence, sa docilité et son désir de

plaire font de lui un compagnon agréable et un travailleur plein de

bonne volonté.

TETE

REGION CRANIENNE :

Crâne : De taille moyenne, bien proportionné au corps. Le sommet est

légèrement arrondi. Il va en s’amenuisant graduellement du point le

plus large jusqu’aux yeux.

Stop : Bien marqué.

REGION FACIALE :

Truffe : Noire chez les chiens gris, fauves ou noirs ; elle est de couleur

foie chez les chiens à robe rousse (dite cuivrée) ; elle peut être de

couleur chair chez les chiens tout blancs. La truffe rayée de rose dite

« truffe de neige » est acceptable.

Museau : De longueur et de largeur moyenne, il va en diminuant

graduellement vers la truffe ; le bout du museau n’est ni pointu ni carré.

Le chanfrein est droit du stop à l’extrémité du museau.

Lèvres : Bien pigmentées et s’adaptent exactement.

Mâchoires/dents : Articulé en ciseaux.

Yeux : En forme d’amande, moyennement espacés et disposés très

légèrement en oblique. Ils peuvent être de couleur marron ou bleue.

On accepte un oeil de chaque couleur ou l’oeil hétérochrome.

Expression vive, mais amicale et même malicieuse.

Oreilles : De grandeur moyenne, de forme triangulaire, rapprochées et

attachées haut sur la tête. Elles sont épaisses, garnies d’une bonne

fourrure, légèrement arquées dans leur partie postérieure et portées

bien droites. L’extrémité légèrement arrondie pointe droit vers le haut.

COU : De longueur moyenne, galbé et porté fièrement dressé quand le

chien est en station debout. Au trot, l’encolure s’étend de sorte que la

tête est portée légèrement en avant.

CORPS :

Dos : Droit et solide ; la ligne du dessus est horizontale du garrot à la

croupe. Il est de longueur moyenne, ni court comme chez les chiens

cob, ni insuffisamment soutenu par suite d’une longueur excessive.

Rein : Tendu et sec, plus étroit que la cage thoracique et légèrement

remonté.

Croupe : Inclinée par rapport à la colonne vertébrale, mais elle n’est

jamais avalée au point de gêner la poussée de l’arrière-main.

Poitrine : Haute et forte, mais pas trop large ; le point le plus bas est

situé juste derrière et au niveau des coudes. Les côtes sont bien

cintrées à partir de la colonne vertébrale, mais aplaties sur les côtés

pour donner de la liberté aux mouvements.

QUEUE : Bien fournie, la queue qui a la forme en brosse de celle du

renard, est attachée juste en dessous du niveau de la ligne du dessus ;

en général, quand le chien est attentif, elle est portée au-dessus du

dos en une courbe gracieuse comme celle d’une faucille. Quand elle

est portée haut, la queue ne s’enroule pas sur un côté ou l’autre du

corps et elle ne doit pas se rabattre à plat contre le dos. La queue qui

traîne est normale chez le chien au repos. Le poil de la queue est

d’une longueur moyenne ; il a approximativement la même longueur

sur le dessus, les côtés et le dessous de la queue, donnant ainsi

l’aspect d’une brosse ronde.

MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS : Le chien en station étant vu de face, les

membres antérieurs sont modérément espacés, parallèles et

d’aplomb ; l’ossature a de la substance sans jamais être lourde. La

longueur du membre antérieur, du coude au sol, est légèrement

supérieure à la distance du coude au sommet du garrot. L’ablation des

ergots aux antérieurs est admise.

Epaules et bras : L’omoplate est bien oblique. Le bras est légèrement

oblique vers l’arrière, de la pointe de l’épaule jusqu’au coude ; il n’est

jamais perpendiculaire au sol. Les muscles et les ligaments qui

unissent l’épaule à la cage thoracique sont solides et bien développés.

Coudes : Bien au corps, sans être ni rentrés ni sortis.

Carpe : L’articulation du carpe est forte, mais flexible.

Métacarpes : Vus de profil, les canons métacarpiens sont légèrement

obliques.

MEMBRES POSTERIEURS : Le chien en station debout étant vu de

derrière, les membres postérieurs sont modérément espacés et

parallèles. En cas de présence d’ergots, il faut procéder à leur

élimination.

Cuisses : Bien gigotées et puissantes.

Grassets : Bien angulés.

Jarrets : Bien dessinés et bien descendus.

PIEDS : De forme ovale, mais non allongés. Ils sont de grandeur

moyenne, compacts et bien garnis de poils entre les doigts et les

coussinets. Les coussinets sont durs et d’une bonne épaisseur. Les

pieds ne sont tournés ni en dedans ni en dehors quand le chien se tient

en position naturelle.

ALLURES : L’allure caractéristique du Husky de Sibérie est régulière et

apparemment facile. Il est rapide et léger dans sa démarche, et, dans

le ring d’exposition, il faut le mener sans tendre la laisse, à un trot

modérément rapide, de sorte qu’il présente une bonne extension des

antérieurs et une bonne propulsion des postérieurs. Vu de face, au

pas, le Husky de Sibérie ne forme pas une piste simple, mais quand la

vitesse augmente, les membres s’inclinent graduellement vers

l’intérieur si bien que les empreintes s’alignent juste dans l’axe

longitudinal du corps. Alors que les empreintes convergent, les

membres antérieurs et postérieurs se portent droit devant ; les coudes

et les grassets ne tournant ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Chaque

postérieur se déplace sur la piste de l’antérieur du même côté. En

action, la ligne du dessus demeure ferme et horizontale.

ROBE

POIL : Le poil du Husky de Sibérie est double et de longueur moyenne,

donnant un aspect bien fourni ; cependant il n’est jamais long au point

de cacher les lignes nettement dessinées du chien. Le sous-poil est

doux et dense et d’une longueur suffisante pour soutenir le poil de

couverture. Le poil de couverture est droit et quelque peu couché ; il

n’est jamais dur ni planté dressé sur le corps. Il faut noter que

l’absence de sous-poil pendant la mue est normale. Il est permis

d’égaliser les moustaches et le poil qui pousse autour du pied et entre

les doigts afin de donner au chien un aspect plus soigné. Le toilettage

du poil sur toute autre région du corps est impardonnable et doit être

sévèrement pénalisé.

COULEUR : Toutes les couleurs sont admises, du noir au blanc pur.

On rencontre communément diverses marques sur la tête, comprenant

de nombreux motifs typiques que l’on ne trouve pas dans d’autres

races.

TAILLE ET POIDS :

Hauteur au garrot : mâles 21-23,5 pouces (53,5-60 cm)

femelles 20-22 pouces (50,5-56 cm).

Poids : mâles 45-60 livres anglaises (20,5-28 kg)

femelles 35-50 livres anglaises (15,5-23 kg).

Le poids est en proportion de la taille. Les tailles mentionnées

représentent les limites extrêmes de la taille et du poids sans

préférence pour l’un ou pour l’autre des extrêmes. Tout signe d’excès

dans l’ossature ou le poids doit être pénalisé.

RECAPITULATION : Les caractéristiques les plus importantes du

Husky de Sibérie sont sa taille, son ossature modérément développée,

ses proportions harmonieuses, l’aisance et la liberté de ses allures, sa

robe correcte, sa tête et ses oreilles plaisantes, sa queue correcte et

son bon naturel. Tout signe d’excès dans l’ossature et le poids, toute

allure contrainte ou gauche, et tout poil long ou rude doivent être

pénalisés. Le Husky de Sibérie n’a jamais un aspect lourd et grossier

au point d’évoquer un animal de trait puissant. Il n’est pas non plus

léger et fragile au point d’évoquer un animal conçu pour les courses de

vitesse sur petites distances. Dans les deux sexes il donne

l’impression d’être capable de beaucoup d’endurance. En plus des

défauts précédemment notés, les défauts évidents de structure

communs à toutes les races sont à éviter chez le Husky de Sibérie

autant que dans n’importe quelle autre race, quand bien même ils ne

seraient pas spécifiquement mentionnés dans le standard.

DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré

comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

• Crâne : Tête lourde ou disgracieuse ; tête trop finement ciselée.

• Stop : Insuffisant.

• Museau : Trop en sifflet ou trop grossier ; museau trop court ou trop

long.

• Mâchoires / dents : Tout autre articulé qu’en ciseaux.

• Yeux : Disposés trop obliquement, trop rapprochés.

• Oreilles : Trop grandes par rapport à la tête, trop écartées, pas

portées bien droites.

• Cou : Encolure trop courte et épaisse ; cou trop long.

• Dos : Peu soutenu ou faible ; dos de carpe ; ligne du dessus

inclinée.

• Poitrine : Trop large ; côtes en cercles de tonneau ; côtes trop plates

ou trop faibles.

• Queue : Rabattue sur le dos ou très enroulée ; queue très

empanachée ; queue attachée trop bas ou trop haut.

• Epaules : Droites ; mal attachées.

• Membres antérieurs : Faiblesse des canons métacarpiens ; ossature

trop lourde ; devant trop large ou trop étroit ; coudes sortis.

• Membres postérieurs : Angle du grasset trop ouvert ; jarrets de

vache ; arrière trop étroit ou trop large.

• Pieds : Doigts mous ou affaissés ; pieds trop grands ou disgracieux ;

pieds trop petits et délicats ; pieds tournés en dedans ou en dehors.

• Allures : Raccourcies, heurtées, sautillantes ; pas pesant ; chien qui

roule dans ses allure, qui croise ou marche en crabe.

• Poil : Long, rude ou hirsute ; texture trop dure ou trop soyeuse ; tout

toilettage à part ce qui est permis dans ce qui précède.

DEFAUT ELIMINATOIRE : Mâles dont la taille dépasse 23,5 pouces

(60 cm) et femelles dont la taille dépasse 22 pouces (56 cm).

N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal

complètement descendus dans le scrotum.